Les Jeteurs d'Encre : site relatant les pérégrinations quotidiennes de 14 fabuleuses aventurières aux quatre (et même plus) coins du monde.

  • Europe
  • Grèce
  • Ecosse
  • Autriche
  • Roumanie
  • Europa Trip 2015
  • Europa Road-Trip 2016
  • Irlande
  • Croatie
  • Amérique
  • Bolivie
  • Equateur
  • Canada
  • Argentine
  • Afrique
  • Asie/Océanie
  • Australie
  • Japon
  • Bosnie-Herzégovine

    par Manon Croatie, Croatie, Europe

    Un petit détour dans un autre morceau de l'ex-Yougoslavie : la Bosnie-Herzégovine, au croisement des civilisations (OUAIS ça claque comme titre ça !)

    Je pars donc vers la Bosnie-Herzégovie, pour être plus exacte, l'Herzégovie, mais ça, je ne le sais pas encore. 


    Dans le bus qui nous conduit à travers les frontières croates-bosniaques, bosniaques-croates, et croates-bosniaques encore (oui, Dubrovnik est coupé du reste de la Croatie par l'accès à la mer de la Bosnie-Herzégovine, sous le nom de Neum), et que cela prend pas mal de temps puisqu'on est pas ici dans Schengen, il faut bien occuper le temps. Et cela tombe bien, parce que comme 99% des passagers de ce bus : je ne connais pas une minute de l'histoire de la Bosnie-Herzégovine ! La guide entreprend donc de nous initier un peu à l'histoire de ce pays. 


    C'est un pays qui a trois ethnies cohabitantes: serbes, croates et musulmans, quatre religions officielles : musulmans, orthodoxes, serbo-catholiques et quelques juifs, deux régions aux climats opposés : la Bosnie (nord-continental), et l'Herzégovie (sud-méditérannéen), et ces deux régions sont indépendantes, trois présidents, élus pour 5 ans, qui dirigent à tour de rôle pendant 6 mois. Un drôle de mix donc dans ce pays, presque entièrement détruit par la guerre, lorsque les Serbes et Croates s'en sont servi de tampon entre leurs tensions. 

    Neum, ville de l'accès à la mer de Bosnie-Herzégovine, passage obligé entre 3 vérifications de papiers; des prix défiants toute concurrence !



    Počitelj, est un village médiéval musulman sur la montagne, premier arrêt en Bosnie. Le village est composé à 80% de musulmans, mais il y a aussi des serbes, des croates, des Yougoslaves. C'est beau, on en a le souffle coupé.



    Mostar - du slave "Most" - le pont (bridge). Littéralement : "la ville des gens qui s'occupent du pont", est une ville avec une histoire des plus intéressantes. Musulmane, son architecture est ottomane, l'immense pont qui relie les deux parties de la falaise a été construit un l'architecte élève de Sinan (un architecte très fameux dont le mouvement s'inspire de la Ste Sophie d'Istanbul). Il y a donc un bazar, et de nombreuses mosquées dans les différents quartiers de la ville. Mais la ville est restée ouverte, et a accueilli au fil du temps, églises (catholiques ou orthodoxes) et synagogues. Une mixité sociale s'est crée à Mostar, en 1920, 40% des mariages étaient mixtes ! Divisée par la guerre de Yougoslavie, la ville est en cours de reconstruction, le pont a été reconstruit, et peu à peu églises, églises orthodoxes, mosquées et synagogues retrouvent leur place - dans la même rue - afin qu'elle retrouve sa mixité d'antan.